UN MONDELE À BRAZZAVILLE


Pratiquement toujours accompagné d’un guide, mon voyage fut balisé dans les premiers jours. Puis n’aimant pas trop les distances avec les réalités qui m’entourent, je décide de me faire inviter dans la famille de l’assistant de la galerie. Un personnage habillé toujours chic, veste de couleurs vives, pantalon plissé, ceinture et chaussure de cuir. Dans l’enceinte de la galerie il était très difficile d’imaginé sa réalité quotidienne. Alors un soir a la fin de la séance j’offre un taxi est nous partons directions son quartier. La première surprise fut le noir, sombre de la nuit, certain quartier bien qu’équiper de lampadaire était éteins pour des raisons d’équilibre de réseau électrique, nous avons donc traversé de petits embouteillages sur des routes boueuses une bonne demie heure. Puis nous avons marché avec l’aide de la lumière du téléphone. Une petite cahute dans le coin d’une rue, les parents, des grands parents, des oncles, des freres, des sœurs, le feu au centre de la cours et une télé qui grésillait. Le temps d’échanger quelques mots avec sa famille, puis vient l’heure du retour. Toujours avec mon 5d à la main, 35mm sans peur, dans les nuits de Brazzaville. Un soir, nous avons pris une embarcation pour découvrir le fleuve Congo. Un soleil dans un ciel de bleus sombres, des grues au loin et les nuages gris. Le courant est fort, l’eau marron, le fleuve draine bon nombres d’objets, de bois, de l’autre côté Kinshasa qui brille à quelques km. On croise ces fameuses barques qui voyage sur le fleuve, mille objets déborde de l’engins, il flotte mais cela laisse pensif. Quelques familles vivent là sur de toutes petites iles. Une femme fait son linge, d’autres rentrent de la pêche, peu de poisson. La palettes de couleur de ce soir-là me reste encore intact.



Tant d’histoire me sont passé sous les yeux, tant de vie, tant de question sur les traditions, tant sur les déséquilibres du monde… mille débuts de romans, mille récits d’aventuriers, tous passé par là, sur ce fameux fleuve aux esprits… l’eau qui défile se regarde comme un film, on y voit son histoire. En sortant du bâtiment de la galerie, il avait une sorte d’impasse en terre ressemblant à un marché, la veille de mon départ j’y suis allé, les poches vident, seul, la caméra à la main. Marchant tranquillement vers le fond de l’allé. Il y avait beaucoup de monde habillé la plupart du temps avec des marques sportive plus ou moins raccommodé. Seule la femme était drapée de couleur. Quelques stands çà et là. Un jeune garçon arrive vers moi, il avait un œil abimé, habillé marcelle rouge déchiré, il me prévient de la dangerosité du lieu ; Ne reste pas là, Mondele ! c’est dangereux ici. Cherchant la sincérité dans son regard, je ne pus qu’accepter sa prévention. Je me permis quand même de m’arrêter sur une table d’épices, de tomates et de poissons séchés accompagné du sourire de cette Mama aux angles arrondies et à l’humour universelle, le moment que j’étais venu chercher était enfin arrivé. Pour une première fois en Afrique central, je resterai marqué par le poids de l’histoire dans les trottoirs défoncés, les infrastructures délaisser. Les publicités gigantesques pour des multinationales, la routes 4 voies pour le palais présidentiel, en vrai et pur tarmac ; les maillots de foot Bayern, PSG, Barcelone, les magasins chinois en nombre avec milles milliards de référence. Quelques heures avant l’avion, je prends le taxi est lui propose le reste de mes FCFA pour un tour illimité avant d’atteindre l’aéroport. Très bonne idée sur le papier, moins bonne dans la réalité à moins de tomber sur un bon chauffeur. Celui-là était sympa mais ne voulais pas comprendre mes intentions. Le moment clé fut cette traversée de la 4 voie, après un démarrage en seconde, j’ai vu la peur dans le regard du conducteur qui me foncer droit dessus. J’ai eu un moment d’adrénaline mais à ma grande surprise se sont des gendarmes qui se sont occupé de lui et j’ai dû changer de taxi. La dernière aventure avant l’avion. Pour méditer un magnifique A340, d’Air France qui décolla dans un brouillard dense direction Paris.



POUR TOUTES DEMANDES CONCERNANT LA DIFFUSION OU LA REPRODUCTION, MERCI DE PRENDRE CONTACT PAR MAIL.