4320 MINUTES À HONG KONG


Passionné depuis petit par les grands voyages, l’opportunité de pouvoir visiter Hong Kong cette ville lumière asiatique, à nécessité très peu d’hésitation. CDG -> DUB -> HK, une modique somme de kilomètre plus tard, j’atterrie. Un A330 vide survolant l’indien encore de nuit. Pas de film ; la fenêtre en distraction, une aile éclairée par la lune, les nuages flottants paisiblement au-dessus de kilomètre de mer plate. Puis vient l’heure de la fermer, les yeux se ferment en même temps, couverture jusqu’au épaules pour oubliés les 34 000 pieds d’altitude. Je sors de l’aéroport en quelques minutes, prend un taxi rouge et blanc, il fait nuit et humide. Sur la fenêtre du taxi des goutes transforment le décalage horaire en ballade esthétique voir psycadéliques, les phares de voitures se reflètent, les tours de la ville se rapprochent, un grand pont suspendu. La vitesse ralentie, quelques virages et me voilà au pied de mon hébergement. Je dépose mes affaires prends mon 5d et ma carte bleue, puis je me perds dans le quartier. La première surprise fut les dimensions et la densité évidement puis les néons, les couleurs, les matières, les animaleries ouverte à 23h, les expatriés bourrés, les bar de passes. Avec ces femmes étranges à l’entrée, insistant a la perversité. La sortie ne fut pas trop longue. Les jours suivants je me mis à photographie tous les détails de cette ville.  Marchés, rues, magasins étranges, alentours. Les dédalles de marché de rue aux  milles herbes, les poissons s’échappent, les petits kiosques à viandes exposent l’animal découpés de la langue à la queue, toutes les parties sont là, il n’y a qu’à choisir. Les pattes de poulets mon beaucoup divertie, n’ayant jamais vu ça au part avant,..


STREET NIGHT HONG KONG


AU PIED DE L'ÉCONOMIE

Un dernier souvenir, au pied de la tour HSBC, un campement de résistant. Entouré d’escalator moderne, d’homme et de femme en costume, il y avait cet homme, dont je ne me souviens plus le nom, installé dans un campement de canapés et autres objets de récupération, qui militait avec d’autres pour la liberté de l’économie, un rééquilibrage des ressources et d’autres cause sociale. Autonome il ne sortait plus de ce périmètre, beaucoup de monde passait lui offrir de quoi manger et autres. Les gens étaient invités à s’asseoir pour se reposer, discuter, boire un thé, lire. Une rencontre au passé gros, engagé dans l’espoir d’un monde meilleur. Un moment extraordinaire assis sous cette tour, la pluie battante.


POUR TOUTES DEMANDES CONCERNANT LA DIFFUSION OU LA REPRODUCTION, MERCI DE PRENDRE CONTACT PAR MAIL.